Fiche Métier Contrôleur des finances publiques :

Salaire, Formation, Rôle et Compétence

Contrôleur des finances publiques

Salaire Moyen brut par an

30000 €

Niveau d’étude 

BAC À BAC+3

Top 5 compétences

Anglais - Fiscalité - Gestion documentaire - Rigueur - Veille

Le contrôleur des finances publiques est un fonctionnaire d’État. Quand bien même il est mal perçu par les contribuables, il joue un grand au sein de l’administration fiscale. En effet, il assure la gestion et la comptabilité, mais aussi le calcul et le recouvrement de l’impôt.

Il se met également à la disposition des particuliers et des professionnels pour les conseiller dans le domaine fiscal. Pour ce faire, voici tout ce qu’il faut savoir sur le contrôleur des impôts, ses missions, ses compétences, ses formations, sa rémunération et son évolution.

Contrôleur des finances publiques : description

Le contrôleur des finances publiques est un agent de l’État de catégorie B qui exerce sous la tutelle de DGFiP (Direction générale des Finances publiques). Ce cadre intermédiaire de la fonction publique est un technicien dans le domaine de la fiscalité.

Ainsi, il travaille au sein d’une administration, mais il dispose des compétences nécessaires pour intervenir dans le contrôle et le recouvrement de l’impôt. Il peut également s’occuper de la gestion des collectivités publiques. Celui-ci peut exercer depuis la direction des impôts, dans les centres d’impôts, au sein d’une recette des finances ou à la brigade de contrôle.

Encore appelé contrôleur d’impôt, ce professionnel peut également être affecté au service de conservation des hypothèques. De plus, il peut travailler comme expert au niveau des préfectures ou des collectivités locales pour accompagner sur les sujets d’ordres budgétaires et financiers.

Le rôle du contrôleur des finances publiques

Le contrôleur des finances publiques joue un rôle capital au sein de l’État. Il se charge de faire respecter les règles fiscales dans le secteur qui lui est confié. Celui-ci s’emploie à tenir la comptabilité des fonds publics. Il vérifie aussi si les déclarations fiscales des contribuables (professionnels et particuliers) sont recevables et conformes pour éviter la fraude fiscale.

En cas de litige, le contrôleur des impôts se dépêche de vérifier les comptes et de faire des enquêtes pour élucider l’affaire. Il peut aussi bloquer des comptes ou faire des saisies selon la gravité de la situation. En outre, ce professionnel peut être un conseiller auprès des entreprises, des hôpitaux publics et privés sur les questions de gestions budgétaires.

Contrôleur des impôts : les missions

Le contrôleur des finances publiques est tenu d’orienter et de renseigner les particuliers et les professionnels sur leurs engagements fiscaux et juridiques. Il se charge également de calculer le montant de l’impôt de ces derniers. Ensuite, il est appelé à réaliser des contrôles fiscaux et à recouvrer les dettes fiscales des contribuables.

Par ailleurs, le contrôleur des impôts doit procéder à l’encaissement des recettes fiscales. Il est responsable de l’étude des dossiers litigieux, mais aussi de l’encadrement des personnels. Enfin, il se rend disponible pour partager son savoir-faire dans le domaine de la fiscalité.

Les formations pour être recruté comme contrôleur des impôts

Le poste de contrôleur des finances publiques peut être atteint uniquement après avoir participé au concours d’État de catégorie B. Pour vous présenter, il est obligatoire d’avoir un baccalauréat ou un diplôme homologué de niveau IV et d’avoir 45 ans au plus. En revanche, il est recommandé de posséder une base solide en fiscalité et en droit.

Après votre réussite au concours, vous restez fonctionnaire stagiaire pendant un an pour maîtriser les rouages du métier. Cette période d’apprentissage vous permet également de vous habituer au milieu administratif. Ainsi, le contrôleur des impôts débutant doit faire huit mois de formation théorique dans une école, puis quatre mois de stage-pratique à la Direction des impôts.

La première période de l’enseignement comprend des cours de fiscalité, de comptabilité, de droit et d’administration. Puis, la phase pratique vous permet de découvrir les réalités du métier et de vous spécialiser. Ensuite, vous recevez une formation spécialisée en fonction de la filière que vous avez finalement choisie. Enfin, il faut noter qu’il est possible pour un agent administratif du Trésor public de devenir contrôleur des finances publiques en passant un concours interne.

Les compétences techniques pour devenir contrôleur des finances publiques

Le poste de contrôleur des finances publiques exige un certain nombre de compétences techniques.

Un excellent savoir-faire en fiscalité

Le contrôleur des impôts doit maîtriser la fiscalité à la perfection. Il doit connaître chacune des réglementations qui encadrent ses responsabilités de contrôle, de gestion et de conseil. Cette compétence est indispensable pour exercer ce métier.

Une maîtrise du droit

Le contrôleur des finances publiques doit posséder des bases solides en droit, surtout en droit public, en droit des sociétés et en droit fiscal. Ces derniers sont des notions de base dans ce métier. Cela va lui permettre de déceler les fraudes et de poursuivre les sociétés qui en sont responsables.

Un bon niveau en comptabilité

En dehors du droit et de la fiscalité, le contrôleur des impôts doit détenir des connaissances techniques en comptabilité. Il doit aussi aimer les chiffres, car ils sont présents dans les déclarations fiscales, les budgets et le calcul de l’impôt.

En outre, le contrôleur des finances publiques doit avoir une bonne maîtrise dans les outils informatiques et bureautiques.  

Les aptitudes professionnelles pour être contrôleur des impôts

La fonction de contrôleur des impôts exige beaucoup de rigueur. En effet, la législation fiscale et les chiffres doivent être maniés de manière minutieuse. Elles exigent également un bon esprit de logique et d’analyse.

De plus, le contrôleur des finances publiques est tenu de faire preuve d’objectivité et d’imperméabilité à tous éléments extérieurs pouvant affecter son jugement. Enfin, ce professionnel doit savoir respecter l’équilibre entre la pédagogie et l’autorité.

Contrôleur des finances publiques : perspectives d’évolution et salaire

Le métier de contrôleur des finances publiques offre de nombreuses possibilités d’évolution. En effet, il peut être promu à un poste de catégorie A. Il s’agit de la fonction d’inspecteur des finances publiques. Toutefois, il devra passer un concours en interne pour y accéder.

Il est aussi obligatoire de prouver 4 ans de service public minimum au premier jour de l’année au cours de laquelle le test est organisé. Par ailleurs, vous êtes libre de vous tourner vers le secteur privé pour exercer en tant que fiscaliste ou consultant dans ce domaine. Vous pouvez ainsi travailler dans un cabinet d’expertise comptable selon votre expérience et vos diplômes.

La rémunération du contrôleur des finances publiques

Un contrôleur des impôts peut gagner environ 1800 euros comme salaire brut par mois sans compter les heures supplémentaires. Ce montant peut atteindre 3800 euros à la fin de sa carrière. Cependant, ce métier vous offre la possibilité de bénéficier d’éventuelles primes qui peuvent augmenter vos revenus.

FuturMétier