Fiche Métier Chasseur de tête :

Salaire, Formation, Rôle et Compétence

Chasseur De Tête

Salaire Moyen brut par an

57500 €

Niveau d’étude 

Bac+3 à Bac +5

Top 5 compétences

Fidelisation - Prospection - Relation client - Secteur Ressources humaines - Sourcing

Pour souvent travailler pour une entreprise, il faut postuler et être retenu à l’issue de l’entretien d’embauche. Ce processus est le chemin classique que tout le monde connaît. Il est cependant possible que ce soit l’entreprise qui vienne à la recherche d’un individu.

Ce travail est souvent confié à un corps de métier dont le nom est à connotation militaire. Il s’agit des chasseurs de têtes. Il ne s’agit pas non plus de détective privé, mais d’une profession dont la demande ne cesse aujourd’hui d’augmenter. Voici ce qu’il faut savoir sur ce métier.

 

Description du métier

Le chasseur de têtes est un homme ou une femme qui permet à la direction des ressources humaines d’une entreprise d’engager un profil spécifique. Le travailleur que l’entreprise compte recruter est généralement un employé qui n’est pas forcément à la recherche d’un emploi.

En réalité, le chasseur de têtes procède comme un démarcheur qui va voler un cadre compétent dans une autre entreprise au profit de celle qui sollicite ses compétences. Ce professionnel se voit souvent confier des missions presque impossibles.

L’employeur de ce recruteur spécifique lui impose des critères précis au sujet du profil à ramener. Il n’a donc pas véritablement une liberté de choix. Sa mission consiste à fouiller, enquêter jusqu’à trouver la personne répondant exactement aux aspirations du client. Les personnes ciblées sont souvent de hauts cadres avec des compétences très rares.

Mission du chasseur de têtes

Le chasseur de têtes a d’abord pour obligation d’écouter son client. Cela est primordial, car c’est cette action qui orientera son travail. Le client expose avec les plus grandes précisions possibles, les détails du profil qu’il souhaite engager. En fonction de son carnet d’adresses et de ses outils de recherche, le chasseur de têtes se met à rechercher sa nouvelle cible. Il fera le point des entreprises de renommée employant ce type de professionnel.

Le grand travail consiste à identifier et posséder discrètement l’identité et les coordonnées de ses potentielles cibles. Pour cela, le chasseur de têtes peut procéder par des scénarios inimaginables. Une fois le numéro obtenu, il faudra convaincre la cible et en même temps évaluer ses capacités. Une fois que le chasseur de têtes déniche la perle rare, il la met en contact avec son client pour que le contrat soit signé.

Niveau d’étude

Le chasseur de têtes est appelé à recruter des cadres supérieurs. Cela signifie déjà que lui-même dispose d’une grande qualification. Il s’agit bien évidemment d’une profession pour le niveau bac+5. Si le niveau est fixe, les options sont variées. Il est possible d’exercer le métier avec un MBA en management. Si vous disposez d’un master en gestion des ressources humaines, vous êtes un bon candidat pour ce métier. Un master en sciences sociale, en psychologie ou en sociologie peut aussi faire l’affaire.

Ce n’est pas fini. Tout Master spécialisé dans un domaine du consulting peut être valorisé par le métier de chasseur de têtes. Avec une bonne formation supérieure en psychologie et santé du travail, il est aussi possible de se mettre dans la peau de ce recruteur à part entière. Si vous n’avez pas ces parchemins, sachez que vous pouvez toujours devenir chasseur de têtes avec un diplôme d’école de commerce.

Les compétences requises

Il faut un bon mélange d’aptitudes professionnelles et de compétences techniques pour exercer ce métier.

Aptitudes professionnelles

Le chasseur de têtes doit faire preuve de patience, car sa recherche peut parfois prendre du temps. Il peut être obligé de suivre les habitudes de sa cible sur des jours afin de mieux l’étudier.

Pour réussir sa mission, il a aussi besoin d’être discret. Ses approches et mouvements ne doivent éveiller aucun soupçon. Cela lui impose donc une grande confidentialité et surtout du tact.

Le chasseur de têtes n’a pas à s’en faire pour sa réputation. Ses œuvres témoigneront en sa faveur. Ce professionnel doit être très curieux pour effectuer des fouilles minutieuses. Il doit également être créatif.

Sur le plan vestimentaire, il doit être irréprochable afin d’être accepté dans tous les hauts lieux. Ce recruteur spécifique doit aussi disposer d’un carnet d’adresses bien fourni.

Aptitudes techniques

Le chasseur de têtes doit parfaitement maîtriser l’anglais. Cette condition lui permettra de réaliser des voyages à l’extérieur pour débusquer des cibles anglophones en cas de demande. Il doit aussi posséder un art oratoire intéressant. Cela lui sera utile pour convaincre ses cibles.

Inutile de rappeler qu’il doit maîtriser parfaitement le monde professionnel afin de comprendre le fonctionnement de chaque corps de métier. Le chasseur de têtes doit être un parfait négociateur pour attirer les meilleures compétences.

Ce recruteur privé doit avoir une bonne intuition dans le but de vite déterminer le meilleur profil. Les techniques d’évaluation de compétence et les tests de personnalité ne doivent pas avoir de secrets pour lui. Il doit connaître la législation du travail.

Salaire d’un chasseur de têtes

Si vous êtes chasseur de têtes indépendant, votre revenu dépendra de votre facilité à boucler une commande, pour en entamer une autre. Pour les professions libérales, il y a toujours cette liberté au niveau des revenus.

Ainsi, un bon chasseur de têtes peut se faire entre 4000 euros et 7000 euros par mois comme salaire brut. Avec les expériences acquises, vous pourriez en très peu de temps rêver grand et avoir un salaire mensuel bien plus important.

Évolution de carrière professionnelle

Il n’est pas possible de s’improviser chasseur de têtes. Cette fonction est réservée aux personnes expérimentées. Avant d’en arriver là, vous devez exercer en tant que responsable de recrutement. Vous pouvez être chargé de recherche junior et par la suite prendre le poste sénior. Ce n’est pas exclu qu’avec le temps, vous devez consultant ou même partenaire et donc chasseur de têtes.

Dans l’autre sens, vous pouvez devenir directeur de ressources humaines ou responsable de ressources humaines dans une entreprise. Le chasseur de têtes peut devenir responsable sourcing et même responsable du recrutement mobilité. Il ne disposera pas en tout d’une entière autonomie.

Cependant, son rôle sera toujours bien apprécié au cours du développement de l’entreprise. Ce n’est pas toujours évident de rencontrer un chasseur de têtes sans aucune mission. La recherche de profils spécifiques est de plus en plus d’actualité.

 

FuturMétier